Badajoz (ES)
10 oct. 2016 - 13 oct. 2016
Chapter IV - A New Connecting Wall Workshop Badajoz (ES) - Workshop Site 2

PARTICIPANTS:

Maïa Tüür (EE), Yoann Dupouy (FR), Lauréat à Marne-la-Vallée (FR) avec "Ville N(M)ature"
Iris Chervet (FR), Pierre Chastel (FR), Lauréat à Saint-Brieuc (FR) avec "Landscape Focus"
Roberto Carlucci (IT), Alessandro Labriola (IT), Lauréat à Azenha do Mar (PT) avec "Limenochora"
Federico Sercis (IT) Lauréat à St-Pölten (AT) avec "Ju(mp) in the Water Kiss That Frog" & Mentionné à Azenha do Mar (PT) avec "Second Lines"
Lucía Martínez Rodríguez (ES), Mentionné à Santo Tirso (PT) avec "3tirsolines"
Ander Bados Sesma (ES), Lauréat à A Coruña (ES) avec "Nice to 'Sea' You"
Robin Soendergaard (NO), Mentionné à Bergen (NO) avec "Møllendal West"

Coach : Bernd Vlay (AT)

 

SITE 2 - VILLE & NATURE
Quelle frontière entre ville et campagne ?

Le site au sud d’Olivenza inclut les extensions des quartiers d’habitations périphériques en contact direct avec les champs agricoles limitrophes. Le paysage, tel une terre plate aux cicatrices vertes, est fait de vallées courant jusque Lisbonne, liant les eaux d’Olivenza à celle de l’Atlantique ; de leur altitude, des collines et des tours « contrôlent » le territoire jusqu’aux confins de l’horizon, alors que de larges « enclaves » (cloîtres et arènes) sont intégrées à la frontière historique constituée par les éléments du bastion, imposant un (non-) dialogue entre les terres agricoles et les limites extérieurs de la ville, principalement résidentielles.
Le groupe devait ici développer des scenarii autour de la création d’une interface entre ville bâtie et agriculture sans empêcher l’extension résidentielle, mais en l’articulant au paysage naturel agricole. Trois thèmes ont émergé des réflexions, avec leurs questionnements en conséquence : la complicité de la topographie et de l’eau, ou comment réhabiliter l’eau comme élément identitaire de la ville ? ; la limite comme objet trouvé, ou comment faire de la relation accidentelle ville/enceintes un atout pour la ville et la campagne alentour ? ; et "100% coexistence et 0% interaction", ou comment rétablir le pouvoir de la limite en tant qu’outil de connexion ? À travers une relecture du passé, ces trois « obsessions » ont découvert un déjà-là exceptionnel pour offrir de nouvelles trajectoires à l’avenir d’Olivenza.

Chapter IV - A New Collecting Wall

Télécharger le PDF ici

Que se passerait-il si les enceintes uniques d’Olivenza devenaient le lieu d’un rendez-vous productif ? Si nous régénérions leur pouvoir déchu à travers une reconversion radicale, transformant leur fonction de défense en accueil ? Si nous intégrions les limitations extérieures actuelles à cette idée d’accueil pour susciter une nouvelle conscience des spécificités du site ?
Les éléments physiques des enceintes historiques (murs, bastions, portes) deviennent des outils pour un concept d’intervention unique : les murs se font ainsi interfaces, les bastions intérieurs intensifie leurs relations programmatiques ville-campagne, et les portes forment de nouveaux seuils, reliant les échelles micro et macro. « Chapter IV » souligne brillamment qu’à ce jour, la limite est devenue un espace au-delà de ses propres limites.

Télécharger le PDF ici

Modèle de bastion > Typologie de paysage
Transformations morphologiques
Limites morphologiques & Connections

 

Transition relationnelle

  

 Voir d'autres projets sur le même site :

Projet 1 : Meet Macarena
Projet 3 : Show Me The Water

 

 

Voir les autres sites :

- Olivenza 1 – Acupuncture
- Valencia de Alcántara – Usages & Rythmes

Retour en haut