Résultats E12
déc. 2013
Que m'Anquetil ? Rouen (FR) – Lauréat

DONNÉES DE L'ÉQUIPE

Représentant d'équipe : Nicolas Cèbe (FR) – architecte ; Associés : Louise Naudin (FR) – architecte ; Thomas Bernard (FR) – graphiste ; Juliette Lafille (FR) – géographe-urbaniste ; Jérôme Stablon (FR) – architecte urbaniste

Louise Naudin & Jérôme Stablon, 236 rue de Tolbiac, 75013 Paris – France 
+33 6 09 46 24 09 – nicolascebe@hotmail.com

Voir la liste complète des portraits ici
Voir la page du site ici


J. Stablon, L. Naudin, N. Cèbe, T. Bernard et J. Lafille

 

INTERVIEW

1. Comment s'est constituée votre équipe à l'occasion du concours?

Bien que venant d’horizons divers, nous nous connaissions déjà. Europan a constitué l’opportunité d’une première collaboration, nos compétences respectives se révélant très complémentaires (architecture, urbanisme, géographie, graphisme).

 

2. Pouvez-vous définir la problématique principale de votre projet, en insistant sur votre manière de répondre à la question centrale de la session : lʼadaptabilité et les rythmes urbains ?

A Rouen, la question du devenir du site Saint-Sever rencontre celle de l'adaptabilité de la ville. Nous l’avons problématisé à la fois en termes d’usages et d’évolution du bâti. Des usages pionniers favorisent l’appropriation des lieux, leur nature initialement temporaire n’excluant pas la possibilité d'un développement de long terme. La souplesse et la multiplication des possibles servent ainsi la crédibilité d'un projet urbain qui n’est pas un dess(e)in figé mais un processus. Les capacités d’évolution physique de la ville existante sont également reconnues, y compris celles de ses éléments en apparence les plus figés et monofonctionnels, comme les infrastructures de transport routières.

3 parcours pour découvrir Rouen et ses berges
Le quai Anquetil habité
Ouvrir le quartier Saint-Sever sur la Seine

 

3. Comment cette problématique et les questions posées par la mutation du site se sont-elles croisées?

L’élément moteur de la transformation du site –arrivée d’une gare TGV dans 15 à 20 ans– appelle de fait une réflexion sur la souplesse de l’aménagement urbain. Est-il réaliste de penser prévoir aujourd’hui quelles activités s’implanteront autour de cet équipement à un horizon si lointain ? Et est-ce souhaitable ? Selon nous, la question posée est, au contraire : que faire du site Saint-Sever en attendant la gare ou plutôt sans attendre la gare ? Par ailleurs, la nature industrielle du site fourni matière à réflexion quant aux possibilités d’évolution des grandes infrastructures, au premier rang desquelles le viaduc du quai Anquetil.

Les berges de Seine, un potentiel inexploité
Lʼîle Lacroix, centrale mais enclavée
Le viaduc Anquetil, de barrière à belvédère

 

4. Avez-vous déjà traité cette problématique précédemment et pourriez-vous présenter quelques projets références pour le vôtre ?

La notion d’adaptabilité revient régulièrement dans notre pratique professionnelle, tant en architecture qu’à l’échelle de la ville à travers des projets cherchant à intégrer « l’incertitude » du futur proche et l’évolution rapide des modes et rythmes de vie. L’appropriation rapide par les habitants de l’aéroport Tempelhof à Berlin, reconverti en un immense parc et espace public fait pour nous référence, comme le projet de recomposition de Coney Island à partir d’un travail fin sur les rez-de-chaussée. Citons également de nouvelles manières de voir et de faire la ville, comme celles développées par The Pop-up city (Golfstromen, NL), Ecosistema Urbano (ES), Paisajes Emergentes (CO), ou Patrick Bouchain dans ses démarches de constructions participatives.

Masterplan de Kiruna (SE),
Ecosistema Urbano
Tempelhof ouvert au public, Berlin (DE)
Ensemble à Tourcoing, Agence Construire (FR)

 

5. Aujourd'hui, à l'ère de la crise économique et du développement durable, le projet urbano-architectural doit repenser son mode de fabrication dans le temps ; de quelle manière avez-vous intégré la question du projet processus ?

En structurant notre propos autour du principe de chronologie, y compris comme base de représentation du projet et en refusant le dessin figé, fini. Il est d’ailleurs difficile de trouver une unique illustration résumant pertinemment notre proposition, qui se développe en étapes successives.

 

6. Est-ce la première fois que vous êtes primé à Europan? De quelle manière cela peut-il vous aider dans votre parcours professionnel ?

C’est effectivement la première fois que nous sommes lauréats d’Europan. Outre une référence évidente et reconnue à l’échelle européenne, ce succès constitue l’aboutissement d’une expérience commune pour notre équipe et le début d’échanges fructueux avec la Ville de Rouen et les différents acteurs du projet.

Retour en haut