• Europan 2
  • Zaanstad
  • lauréat

Equipe concours
Tania CONCKO (FR)
Pierre GAUTIER (NL)

Auteur(s)
Tania Concko (FR)
Pierre Gautier (NL)

Client(s)
De Zaanwerf C.V.

Un rêve urbain

Concours

1992

Le projet urbain est pensé par parties, flexibles, et reprend la volumétrie massive des anciens bâtiments industriels sur le fleuve. Il propose un découpage où de petits canaux - creusés à l’intérieur des terres et reliés à la rivière – transforment les six lots en plateformes urbaines flottantes renforcées par les socles semi-enterrés recevant les parkings. A chaque lot est attribuée une fonction spécifique caractéristiques spatiales qui les fait appartenir au lieu du mouvement et/ou au lieu du repos. Les commerces en rez-de-chaussée et les logements en étage peuvent varier de 100 à 400 par lot ; les plateformes comprennent des bâtiments à 5 étages – comme les anciennes industries – côté fleuve, alors que côté rue des maisons en bandes ménagent une transition vers le quartier résidentiel avoisinant.
Au pied du pont, qui relie l’aire au centre ville, une tour existante est transformée en signal urbain.

Études

1994-1996

Les choix du projet d’idées –dont la forte densité- sont approuvés par la ville même s’il faut renoncer à la mixité fonctionnelle au profit d’une dominante résidentielle mêlant locatif et accession à la propriété.
L'étude de faisabilité confirme la nécessité de traiter les sols pollués. L’équipe propose des parkings enterrés pour servir d'espace tampon entre les logements et les sols. Cela permet également une claire séparation entre espaces collectifs, parkings et parcs à vélos, nécessaire vue la forte densité. Des subventions du ministère de l'environnement sont accordées pour cette solution à titre expérimental.
Un plan de développement est mis en place qui définit les principes urbains (les parkings comme socle, l’emplacement des routes, les canaux, les espaces collectifs constitués de plateformes reliées par un maillage de passerelles fixes ou flottantes, l’accès aux logements) et les règles architecturales (hauteur des bâtiments, distributions, zones de transition en façade, double orientation des logements, penthouses…)

Réalisation

1997-2000

Les lauréats supervisent le plan de développement avec l'élaboration architecturale des différents immeubles de logements et des éléments de l'espace public. Ils réalisent le socle (parking et espaces collectifs), les espaces publics ainsi que quatre bâtiments (2 en hauteur sur la Zaan et 2 plus bas sur la voie de desserte Oostzijde). Les plates-formes, comme des îles entourées d'eau, sont amarrées à l'Oostzijde, retenues par la passerelle qui longe la Zaan, sans laquelle elles dériveraient dans les courants de la rivière.
Comme des ponts-levis, les portails métalliques marquent les entrées des plates-formes depuis l'Ootzijde. Ils donnent accès à l'espace collectif central des plates-formes sur lesquels se situent les entrées de maisons individuelles et les cages d'escalier des immeubles collectifs. On y trouve également des containers en bois laqué noir, regroupant les sorties piétonnes des parkings et des parcs à vélo, et les locaux à poubelles. Des palettes de bois forment la transition entre l'espace collectif et l'espace privé des logements. Les passerelles flottantes sur les canaux donnent aussi accès, depuis l'Oostzijde, à la passerelle fixe sur la Zaan, conçues comme lieu de promenade qui restitue les bords de la rivière aux habitants, comme un espace urbain majeur sans liaison directe avec les espaces collectifs des plates-formes.
Deux autres équipes d’architectes ont travaillé avec eux pour réaliser différents bâtiments, selon une logique de diversité architecturale basée sur des principes communs stricts et un dialogue culturel.

Retour en haut