n°25 - Innsbruck (AT) - E4

  • Editions Europan
  • 96 pages
  • mars 2007
  • Format 15,5x17cm
  • Prix public: 6,00 € (hors frais d'envoi)

Feuilleter la publication

Résumé de la publication

Visages & Espaces
Un nouveau centre pour le quartier du Village Olympique

Monographie n°25
105 appartements, salle polyvalente, salles associatives, garderie, crèche, club pour les jeunes, service aux entereprises, supermarché, parking sous-terrain, place publique, quartier du Village Olympique, Innsbruck (AT)
Architectes : Willi Froetscher et Christian Lichtenwagner
Client: City of Innsbruck / Innsbrucker Immobilien, GmbH. & Co KEG

 

Comment créer de l'unité dans un quartier d'habitat social ? Comment maintenir de la densité tout en développant de l'intensité urbaine ? Comment transformer un quartier de logements en un lieu de centralité dynamique ? Comment concilier cette mixité et favoriser l'interactivité de ces fonctions variées ?

Les architectes Willy Froetscher et Christian Lichtenwagner, lauréats d’Europan 4 à Innsbruck (AT), proposent dans leur concours une unité formée d’un seul bâtiment nouveau et d’une place clairement définie, en dessous de laquelle se trouve un parking, conçue comme une plateforme vitale pour l’interaction sociale. La compacité du bâtiment sert à créer l'urbanité et son enveloppe stricte est divisée en parties distinctes recevant chacune des fonctions diverses.

Le projet réalisé introduit des modifications de programme sans changer la morphologie du projet initial. Les architectes cherchent à maximiser les espaces : la partie horizontale de deux étages reçoit toutes les fonctions publiques et définit l’espace central urbain. La tour, élément élancé et incisé en son milieu, est réservée aux logements qui sont traversants et bénéficient de vues panoramiques sur le paysage. La place, non traditionnelle, est dessinée comme une plateforme pour les services urbains avec le parking comme socle dynamique. Les architectes obtiennent l’implantation d’un centre commercial (M-Preis) qui donne une vie à l’espace public.

Retour en haut