juin 2010 - mai 2012 Europan 11 Territoires et modes de vie en résonances

Pays et sites participants

EUROPAN 11 - 14 pays organisateurs

Europan Belgique/België/Belgien
Europan Danmark
Europan Deutschland
Europan España
Europan France
Europan Hrvatska
Europan Ireland
Europan Nederland
Europan Norge 
Europan Österreich
Europan Portugal
Europan Schweiz/Suisse/Svizzera/Svira 
Europan Suomi - Finland
Europan Sverige

EUROPAN 11 - 3 pays partenaires proposant un site

Kosovo
Magyarország
Polska 

EUROPAN 11 - Les villes, 49 situations urbaines proposées

Belgique/België/Belgien: Marche-en-Famenne, Sambreville
Danmark: Allerød, København, Rødovre
Deutschland: Ibbenbüren, Ingolstadt, Selb, Wittstock, Würzburg
España: Alcalá de la Selva, Alcorcón, Cerdanyola del Vallès, Getaria, San Bartolomé, Sestao
France: Clermont-Ferrand, Neuilly-sur-Marne, Reims, Savenay, Stains, Toulouse
Hrvatska: Dubrovnik
Ireland: Dublin
Kosovo: Pejë / Peć
Magyarország: Szeged
Nederland: Almere, Amsterdam, Capelle aan den IJssel, Deventer, Eindhoven, Leeuwarden
Norge: Haugesund, Oslo, Skien + Porsgrunn
Österreich: Graz, Linz, Wien
Polska: Warszawa
Portugal: Guimarães
Schweiz/Suisse/Svizzera/Svizra: Aigle, Monthey, Romainmôtier
Suomi/Finland: Porvoo, Turku
Sverige: Malmö, Norrköping, Nynäshamn, Simrishamn

Theme

TERRITOIRES ET MODES DE VIE EN RÉSONANCES
Quelles architectures pour les villes durables ?

Le concours Europan 11 se déroule dans un contexte marqué par la mobilisation des villes européennes autour d'ambitions environnementales fortement affirmées. A la suite du sommet de Copenhague en 2009, les villes ont pris conscience de l'importance de leurs actions au côté des Etats pour, limiter les gaz à effet de serre, maîtriser la consommation énergétique et ménager (ou préserver) les ressources non renouvelables et rares comme l’eau par exemple ainsi que diminuer les diverses pollutions. De manière générale elles cherchent à trouver une plus grande autonomie notamment en matière alimentaire et énergétique et veulent faire éclore des innovations sociétales afin d’inciter chaque habitant à adopter un mode de vie éco-responsable. 

Ces préoccupations geopolitiques doivent trouver une résonnance dans la manière de concevoir les espaces urbains à l’échelle urbano-architecturale. 

 

L’OBJECTIF : ADAPTER LES TERRITOIRES 

Un aménagement territorial de qualité en recherche de durabilité doit générer une évolution urbaine cohérente à toutes les échelles de ses composantes environnementales et humaines. Il est devenu stratégique car il renforce l’attractivité économique, sociale et culturelle d’une région, d’une ville ou d’une commune, mais aussi valorise l’identité du lieu. 

 

LE DÉFI : PRENDRE EN COMPTE URBANITÉ ET NATURE 

Pour une ville la recherche d’une certaine durabilité passe par la fabrication de territoires qui privilégient la qualité de vie pour tous, c’est à dire la réappropriation de l’espace commun ainsi que la facilité d’accès aux équipements et aux services. 

Une approche durable nécessite aussi d’aborder la question de la nature. Qu’elle soit aménagée, sauvage ou encore l’agriculture de proximité, la nature doit se réconcilier avec la ville afin de valoriser ses territoires et de préserver les ressources, la biodiversité ainsi que son devenir. 

 

LES ENJEUX : DENSIFIER, RENDRE ACCESSIBLE ET METTRE EN RELATION 

Une ville ou une agglomération qui tente de s’inscrire dans une certaine durabilité doit modérer son extension horizontale afin de limiter sa consommation en terrains non urbanisés et éviter ainsi un mitage de son territoire. Parfois même elle doit se recycler voire diminuer son territoire bâti pour se recomposer à partir de l’existant. 

Dans tous les cas, envisager le futur nécessite de développer une approche prospective de mise en relief des spécificités locales 

Le partage des espaces créés et l’accessibilité aux différents services de la ville favorisent la sociabilité entre citadins. Quelle que soit leur échelle, les lieux interagissent entre eux et il est indispensable de développer ces mises en relation et ces interdépendances dans des systèmes qui se développent du local au global. Ces mises en relations doivent aussi permettre l’accès aux connaissances et la confrontation des idées. 

 

L’ATTENTE : CONCEVOIR DES PROCESSUS URBAIN ÉVOLUTIFS 

Ce but, les concurrents d’Europan 11 doivent proposer une stratégie de développement de l’environnement et des projets qui s’inscrivent dans un processus évolutif et qui tiennent compte des identités propres aux différents lieux. 

La conception de projet doit également proposer une méthode pour arriver à un développement approprié à l’échelle du site malgré les inconnues que réserve le temps. 

Pour atteindre cet objectif l’architecte doit fédérer des compétences multiples (urbanistiques, paysagères, environnementales, économiques…) Seule la synergie entre différents approches permettra de relever ce défi. 

 

LES SITES : INTÉGRER LA DIVERSITÉ DES CONTEXTES 

La spécificité propre à un lieu géographique et territorial rend nécessaire la diversification des cahiers des charges afin d’obtenir des solutions répondant aux besoins particuliers de ce lieu. 

Ainsi, chaque site, quelle que soit sa dimension, interfère sur le territoire environnant et cette interférence sera fonction de son échelle. Il contribuera à valoriser toute nouvelle intervention ponctuelle ou plus importante dans un contexte global en y apportant une plus-value significative. 

Le site enfin se situe dans une culture urbaine spécifique différente selon les pays, qui devra être mise en évidence pour permettre aux concurrents de la prendre en compte. 

Retour en haut