janv. 1992 - juin 1994 Europan 3 Chez soi en ville

Pays et sites participants

EUROPAN 3 - 10 pays organisateurs

Europan Belgique/België/Belgien
Europan Deutschland
Europan Ellás
Europan España
Europan France
Europan Italia
Europan Nederland
Europan Österreich
Europan Schweiz/Suisse/Svizzera/Svira
Europan Sverige 

EUROPAN 3 - Les villes, 53 situations urbaines proposées

Belgique/België/Belgien: Charleroi, Liège
Deutschland: Berlin, Erlangen, Frankfurt am Main, Koblenz, Landshut, Marl, Neuruppin, Postdam, Schwerin
Ellás: Pyrgos, Thessaloniki, Trikala / Faneromeni, Trikala / Paraskevi
España: Alguazas, Alicante, Arrigorriaga, Calella, Granada, Madrid, Orense, Requena
France: Dunkerque / Grande-Synthe, Grand Lyon / Pierre Bénite, Le Havre, Lorient, Meaux, Mulhouse, Reims, Saintes
Italia: Brescia, Campi Bisenzio, Catania, Milano, Pavia, Quarrata, Torino
Nederland: Den Bosch, Dordrecht, Groningen, Haarlem
Österreich: Graz, Leibnitz
Schweiz/Suisse/Svizzera/Svizra: Giubiasco, Meyrin, Sankt-Gallen, Yverdon-les-Bains
Sverige: Gävle, Helsingborg, Stockholm

Theme

CHEZ SOI EN VILLE
Urbaniser des quartiers d’habitat

Le thème de la troisième session des concours EUROPAN se situe à l'intersection de celui proposé pour le premier concours et qui étudiait l'intérieur du logement en fonction de l'évolution des modes de vie, et du thème du second, la réévaluation de la place de l'habitat dans des sites urbains en conversion. De quelle manière aménager les quartiers d'habitation existants pour les rendre compatibles avec les changements de mode de vie - affectant le logement, le travail et les loisirs - et les aspirations des aspirations des habitants des villes européennes à vivre une citoyenneté plurielle ? Comment réactiver ces quartiers ? Comment réactiver ces quartiers ? Comment penser aujourd'hui les relations entre les espaces de transition à partir de l'évolution des relations entre intimité et urbanité ?

Dans grand nombre de villes et agglomérations européennes, les quartiers d'habitation souffrent d'une uniformité spatiale, fonctionnelle et sociale. Gestion de l'espace et modes de production normatifs ont abouti à des ruptures qui accentuent les polarisations entre l'espace public et l'espace privé. Celles-ci ne facilitent pas la diversité des modes de vie et d'habiter et ne sont guère propices à la réorganisation des temps sociaux et aux appropriations multiples et collectives des espaces de la ville.

L'usage des moyens de communication et la fragmentation de l'espace urbain modifient les notions de distance et de proximité spatiale; les relations sociales ne se confondent plus exclusivement avec le milieu de vie immédiat ou la vie domestique mais s'élargissent à l'échelle de la ville. Les enjeux urbains qui en découlent sont multiples; il s'agit de rendre possibles des sociabilités variées, de favoriser l'inscription dans l'espace de pratiques novatrices, de traiter la mixité des usages, la relation habitat-travail, les possibilités et les modalités de création d'emplois de proximité. Il s'agit aussi de lutter contre les nuisances et le sentiment d'insécurité, de favoriser la qualité de la vie en prenant en compte les valeurs écologiques.

L'environnement de l'habitat, cet espace délaissé, doit être réinvesti par les acteurs des villes et devenir le thème d'une réflexion architecturale européenne qui s'inscrive dans les transformations sociales et économiques en cours. Il s'agit de réinterroger les catégories architecturales intérieur/extérieur, privé/public, face aux discontinuités urbaines. Quelles sont les interfaces entre l'habitat et l'espace public ? Comment insérer les espaces de la mobilité comme l'automobile dans la ville? Comment organiser et distribuer les logements, concevoir la proximité sans créer la promiscuité ? Comment prendre en compte les exigences de services collectifs et l'appropriation individuelle des espaces extérieurs ? Quelle place pour l'urbain ?

Retour en haut