janv. 1997 - juin 2000 Europan 5 Les nouveaux paysages de l’habitat

Pays et sites participants

EUROPAN 5 - 12 pays organisateurs

Europan Belgique/België/Belgien
Europan Deutschland
Europan Ellás
Europan España
Europan France
Europan Hrvatska
Europan Italia
Europan Nederland
Europan Portugal
Europan Schweiz/Suisse/Svizzera/Svira
Europan Suomi - Finland
Europan United Kingdom

EUROPAN 5 - 7 pays partenaires proposant un site

Balgarija
Eesti
Kypros
Magyarország
Österreich
Romania
Slovenska Republika

EUROPAN 5 - Les villes, 49 situations urbaines proposées

Balgarija: Sofia
Belgique/België/Belgien: La Louvière, Namur
Deutschland: Essen, Geesthacht, Gotha, Guben-Gubin, München, Schwabach, Weissenfels
Eesti: Tallinn
Ellás: Athinai / Amaroussion, Athinai / Agia Anargiri, Thessaloniki / Polichni, Thessaloniki / Chalastra
España: Almeria, Amurrio, Barakaldo, Cartagena, Ceuta, Paterna, Puertollano, Tolosa, Tudela
France: Brest, Chessy, Jeumont, Mulhouse, Reims, Villetaneuse
Hrvatska: Rovinj, Vukovar
Italia: Ancona, Catania, Collegno, Palermo, Roma, Savona, Torino
Kypros: Pafos-Anavargos
Magyarország: Budapest
Nederland: Almere, Amersfoort, Amsterdam, Haarlemmermeer, Rotterdam
Österreich: Graz
Portugal: Lisboa / Chelas, Loures / Sacavem, Vila Nova de Gaia
România: Timisoara
Schweiz/Suisse/Svizzera/Svizra: Aarau, Bern / Ausserhollingen, Biel/Bienne, Genève, Lenzburg, Massagno, Zug, Zurich / Affoltern
Slovensko: Kosice
Suomi/Finland: Rovaniemi, Turku, Vantaa
United Kingdom: Dartford, Nottingham, Sheffield

Theme

LES NOUVEAUX PAYSAGES DE L’HABITAT
Déplacement et Mobilités

Europan 5 a choisi les délaissés urbains des villes européennes et leur croisement avec les réseaux de déplacement comme champ d'investigation. Le développement des villes européennes dans les cinquante dernières années a entraîné la consommation de grands territoires périphériques pour implanter les nouvelles zones et leurs infrastructures. Des périphéries se sont composées à partir des lignes de déplacement et des fragments bâtis. Dans l'entre-deux ont subsisté des espaces non ou faiblement affectés. En même temps la ville laissait en jachère des emprises foncières aux fonctions obsolètes. De quoi faire surgir une ville en creux composée des laissez pour compte de l'urbanisation extensive.

Alors que les visions unificatrices de la ville sont en crise, se pose la question de comment se réapproprier ces espaces interstitiels pour en faire des lieux à habiter. Comment inventer de nouvelles formes de paysage urbain ? Et si on ne cherche plus à maîtriser la forme globale de la ville comment alors transformer ces sites contemporains résiduels et disparates en autant de territoires de valorisation ? Comment créer des entités résidentielles, paysagères et architecturales, comme des parties nouvelles dans le puzzle de la ville existante, dans le tapis déchiré et discontinu de la métropole moderne.

Autour de cet enjeu, Europan 5 propose aux jeunes architectes européens plusieurs thèmes, formules comme autant de questions posées à la fois à la conception architecturale et aux politiques urbaines. Ces thèmes peuvent se croiser et induire des réponses sous forme de projets d'idées. A partir de situations concrètes sélectionnées dans un grand nombre de villes européennes, ces projets devront s'inscrire dans des cultures urbaines très différentes mais traversées par les mêmes questionnements : 

Nature et habitat 
Nature et bâti s'entremêlent sans ordre apparent et prolifèrent les lotissements d'habitations. Ce phénomène est-il irréversible ? Comment éviter le modèle de la banlieue tentaculaire ? Peut-on concilier densification urbaine, espaces collectifs, nature et désir des habitants d'un habitat fortement individualisé ?

Déplacement et accessibilité résidentielle
Dans la ville des fonctions éclatées et des déplacements multiples, la question de l'accessibilité des aires résidentielles devient centrale. Suivant quelle logique et quel traitement spatial ces réseaux peuvent-ils favoriser les liaisons urbaines au lieu d'être des facteurs de coupure spatiale ? 

Un urbanisme induit 
Comment mettre en relation l'espace abstrait de la mobilité et celui physique et sensible des quartiers de logements ? Comment induire alors de nouveaux modes de formalisation de la ville ? 

De nouvelles formes d'habiter
Comment concevoir l'espace de la proximité, du face-à-face et de la rencontre propres aux aires résidentielles ? Mais que signifie habiter la ville aujourd'hui ? Est ce posséder une maison individuelle dans un lotissement périphérique? Avoir plus d'espace individuel habitable ? Vivre dans des immeubles collectifs mais à proximité des services urbains ? Vivre en contact avec la nature ? Ou trouver au pas de son logement des espaces publics animés ?

Une intensification des usages 
Quels types de programmes sont à même de générer dans ou autour des quartiers d'habitat de la vie urbaine ? Doit-on aménager un réseau de pôles fonctionnels, penser des mosaïques de programmes pluriels ou gérer les opportunités contextuelles dans leur diversité socio-économique ?

Gérer la complexité 
Tester la capacité du projet à intégrer les paramètres de la complexité urbaine et de leur gestion : multiplicité des intervenants, mélange des acteurs publics et privés, instabilité programmatique, mutation des usages affectent l'espace urbano-architectural qui doit se concevoir comme un processus en mouvement, des allers retours permanents entre idée d'ensemble, formalisations multiples et réalisations échelonnées. Comment inventer un projet suffisamment fort pour dérouler sa logique sur un temps long tout en intégrant la négociation permanente entre forme urbaine, programmation et définition architecturale ?

Retour en haut