juil. 2000 - déc. 2002 Europan 6 Entre villes

Pays et sites participants

EUROPAN 6 - 15 pays organisateurs

Europan Belgique/België/Belgien
Europan Deutschland
Europan Eesti
Europan Ellás
Europan España
Europan France
Europan Hrvatska
Europan Italia
Europan Nederland
Europan Österreich
Europan Portugal
Europan Schweiz/Suisse/Svizzera/Svira
Europan Suomi - Finland
Europan Sverige
Europan United Kingdom

EUROPAN 6 - 4 pays partenaires proposant un site

Balgarija
Česká Republika
Magyarország
Slovenska Republika

EUROPAN 6 - Les villes, 67 situations urbaines proposées

Balgarija: Sofia
Belgique/België/Belgien: Châtelet, Liège
Česká republika: Praha
Deutschland: Augsburg, Ingolstadt, Lübeck, Mönchengladbach, Nauen, Taufkirchen
Eesti: Tallinn, Tartu
Ellás: Ano Liosia, Lamia
España: Avilés, Barakaldo, Burgos, Córdoba, Lorca, Marina De Cudeyo, Santa Cruz De Tenerife, Toledo, Valencia / Nazaret
France: Clermont-Ferrand, Marseille, Montbéliard, Rennes, Roubaix, Saint-Etienne, Sotteville-Les-Rouen, Vénissieux
Hrvatska: Sibenik, Sisak
Italia: Castelvetrano, Catania, Forli, Frascati, Massa, Quarrata, Seregno
Magyarország: Budapest
Nederland: Amsterdam-Noord, Apeldoorn, Groningen, Hoogvliet, Lelystad
Österreich: Graz, Villach, Wien
Portugal: Almada, Lisboa, Porto, Setubal
Schweiz/Suisse/Svizzera/Svizra: Illnau-Effretikon, Mendrisio
Slovensko: Presov
Suomi/Finland: Jyväskylä / Ainolanranta, Jyväskylä / Äijälänranta, Oulou / Pikisaari
Sverige: Järfälla, Karlskrona, Växjö
United Kingdom: London / Southwark, London / Hackney, Manchester

Theme

ENTRE VILLES
Dynamiques architecturales et Urbanité nouvelle

Les villes européennes contiennent en elles-mêmes plusieurs villes. Pour la plupart elles ont un centre urbain stabilisé avec une valeur patrimoniale, issu du développement urbain qui s'est poursuivi jusqu'à la première moitié du XXe siècle. Elles ont aussi des aires dispersées, fruit de la planification en zoning des années 60-80 formant des fragments urbains juxtaposés ou atomisés au milieu des réseaux - grands ensembles, lotissements résidentiels, zones d'activités, villes nouvelles....

On y trouve également des territoires urbains dont l'origine est ancienne, produit de l'extension continue des centres hors les murs au XVIIIe et XIXe siècles mais aussi de la première moitié du XXe siècle - faubourgs, quartiers industriels, villages urbanisés, anciennes zones fortifiées et démilitarisés, etc. De franges structurées autour d'un tracé viaire mixte mêlant ancienne structure rurale et voiries nouvelles (routes d'accès dans la ville, grille formant des lotissements ou de grands îlots), elles sont devenues aujourd'hui des fragments interstitiels entre villes centres et villes modernes. 

Sur le maillage structurant, le bâti s'est développé au coup par coup au gré des besoins donnant naissance à des espaces multiples mêlant immeubles urbains de grandes hauteurs, maisons rues, maisons individuelles, industries, entrepôts, voiries contemporaines...

EUROPAN 6 propose d'explorer ces territoires pour en révéler les identités latentes et en dynamiser le développement.

 

POURQUOI ? POTENTIALITES D'USAGES ET NOUVELLES URBANITES

Délaissés par l'urbanisme de la ville extensive - si ce n'est pour les traverser ou les utiliser comme aires de services - ces territoires, longtemps marginalisés socialement et physiquement, sont aujourd'hui devenus des morceaux de ville stratégiques dans la formation de la ville puzzle contemporaine. Grâce à leur localisation et à leur héritage urbains, leurs qualités attendent d'être révélées et valorisées, grâce aux volontés des municipalités de créer une diversité sociale des quartiers, grâce à une nouvelle offre fonctionnelle, ces territoires peuvent devenir des lieux pour de nouvelles urbanités. Des urbanités issues du croisement des valeurs urbaines existantes avec leur force de mémoire sociale et culturelle et celles nouvelles correspondant à l'évolution des modes de vie urbains.

Cette mutation est la résultante de nouvelles dynamiques sociales et spatiales qui cherchent à profiter des atouts de localisation et de contexte de ces territoires d'entre-villes :

- dynamique des modes d'habiter avec une demande de diversification des formes d'habitat péricentrales adaptées à des populations différentes (jeunes ménages, étudiants, personnes âgées) et de certains services intégrés comme les boutiques ou les centres commerciaux de proximité
- dynamique culturelle liée au temps libre et à la plus grande importance des loisirs urbains avec une demande de lieux spécifiques accessibles (cinémas, théâtre, cafés, salles de musique et de concert...) mais aussi d'équipements sociaux et sportifs
- dynamique touristique si les territoires ont une histoire leur permettant de s'inscrire dans un parcours de tourisme culturel urbain générant des espaces de mémoire interactifs 
- dynamiques des formes de travail liées aux nouvelles technologies avec la création de petites entreprises tertiaires de pointe ou d'artisanat qualifié recherchant une certaine centralité ou de travail à domicile 
- dynamique des réseaux urbains autour des pôles d'échanges multinodaux croisant les moyens de transport (train-tramway / voiture-autobus / parkings voitures- tramway ....)

Ces dynamiques offrent l'opportunité d'articuler - sous des combinaisons différentes selon les contextes - des programmes composites mêlant habitat - travail - loisirs et déplacements.

Sur le plan du management urbain, les collectivités locales - élus municipaux souvent des communes adjacentes à la ville-centre, services de l'urbanisme et de l'architecture régionaux ou locaux - ont amorcé un travail sur la mutation urbaine de ces morceaux de ville avec des politiques plus ou moins dynamiques. Des promoteurs privés s'intéressent de plus en plus à ces aires pour répondre à une demande d'une nouvelle clientèle. En termes de management urbain, ces situations offrent donc un terrain d'investigation pour des processus de réalisation et des démarches de conception innovantes articulant villes et investisseurs privés, logique publique et logique privée.

 

COMMENT ? VALORISATION DE L'EXISTANT ET DYNAMISATION ARCHITECTURALE

Par leur structuration viaire et leur hybridité spatiale, ces situations intermédiaires offrent un existant, trace et mémoire vivante d'une histoire urbaine ordinaire, mais d'où peuvent naître des situations de projets à partir d'une dynamisation des espaces pour en faire une ville complexe, intense, multiple, moderne et cohérente.

Cette cohésion peut être obtenue :

Au plan des réseaux par 

- restructuration des voiries et du maillage existant en fonction des morphologies et modes de déplacement actuels
- ouverture à une multiplicité des modes de déplacement complémentaires : voitures; transports collectifs (bus, tramway) et vélos

Au plan du bâti par 

- prise en compte du parcellaire et remembrement partiel du sol en fonction d'une logique urbaine cohérente
- densification d'aires peu urbanisées - intérieurs d'îlots, dents creuses, zones à l'interface avec les réseaux modernes
- substitution de nouveau bâti à l'ancien - entrepôts sans valeur, immeubles vétustes
- réhabilitation d'immeubles patrimoniaux ou ayant une valeur d'usage nouveau
- restructuration urbaine d'ensembles d'immeubles objets hétérogènes
- intégration d'exigences écologiques dans l'architecture

Au plan de l'espace public et de la qualité environnementale par 

- valorisation des espaces publics existants (rues, places, parcs, squares, aires de nature)
- insertion d'espaces publics nouveaux articulés à ceux qui existent et à la restructuration morphologique
- traitement des espaces de transition entre bâti et espaces publics
- traitement paysager pour faire entrer la nature dans la ville
- gestion des ressources

Compte tenu de la déqualification de l'image de ces aires de franges de ville souvent vétustes en marge de la patrimonialisation de la ville centre et des aires fonctionnelles, il existe une forte demande de revalorisation de leur identité par leur dynamisation architecturale grâce à des restructurations morphologiques, des diversifications typologiques, une qualité de l'image architecturale, des innovations sur l'espace public. Cette demande donne au concours EUROPAN un rôle stratégique à jouer sur ce nouveau "marché urbain".

 

QUATRE CATEGORIES DE SITES

En référence à l'échelle urbano-architecturale, ce thème permet de définir des situations urbaines de réflexion de grande superficie (10 hectares maximum) associés à des sites opérationnels entre 1 et 3 hectares en un ou plusieurs morceaux. 

Les sites - tous choisis dans ces situations d'entre-villes - devront pouvoir se répartir en quatre catégories :

- les délaissés : sites dont la fonction obsolète offre des opportunités de développement
- la ville inachevée : aires de faubourgs anciens ou modernes, lotissements non terminés, morceaux d'habitat social de l'après-guerre, remplis d'un bâti hétérogène mais pouvant être restructuré
- les villages absorbés : anciennes structures rurales rattrapées par la ville et à partir desquelles peuvent se concevoir des aires résidentielles denses mais de faible hauteur
- les nœuds urbains péricentraux, sites déqualifiés par les réseaux mais à redynamiser grâce au croisement avec de nouveaux modes de déplacement récents (routes-parking-tramway ou bus, train-bus, etc.) permettant des enchaînements de modes de déplacements et permettant de créer des micro-polarités urbaines.

Retour en haut