Résultats E12
déc. 2013
Landscape Transition Milano (IT) – Lauréat

DONNÉES DE L'ÉQUIPE

Représentant d'équipe :  Cyrille Lamouche (FR) – architecte ; Associés : Guillaume Chatelain (FR), Cécilia Robergeaud (FR) – architectes

115 rue Oberkampf, 75011 Paris – France
+33 6 68 53 83 51 – cyrille.lamouche@gmail.com

Voir la liste complète des portraits ici
Voir la page du site ici


G. Chatelain, C. Lamouche et C. Robergeaud

 

INTERVIEW

1. Comment s'est constituée votre équipe à l'occasion du concours?

Nous nous sommes rencontrés au cours de nos études d’architecture à Strasbourg (FR) et nous avons gardé des liens après l’obtention de nos diplômes tout en travaillant dans diverses agences parisiennes. Souhaitant mettre en commun nos compétences et ayant une approche complémentaire du projet, nous avons décidé de nous associer pour le concours Europan 12 en choisissant le site de Milan où travaille l’un d’entre nous.  

 

2. Pouvez-vous définir la problématique principale de votre projet, en insistant sur votre manière de répondre à la question centrale de la session : lʼadaptabilité et les rythmes urbains ?

Le renouvellement de la zone de « Porto di Mare » est envisagé comme une nouvelle centralité intégrée à la ceinture verte de Milan. 
Le projet se structure autour d’un boulevard paysager, épine dorsale du projet, rassemblant les flux et la vie du quartier. Ce mail présente des séquences thématiques ponctuées de points d’intérêts, s’ouvrant sur le grand paysage et offre une nouvelle identité au quartier.
Cette proposition modulable crée une transition paysagère douce entre la ville et la campagne. Basé sur le parcellaire existant, le projet permet un phasage adaptable dans le temps. De plus, le mail propose diverses activités, appropriables par les habitants au fil du temps et des saisons. Le projet introduit une nouvelle façon d’investir l’espace entre la ville et la campagne de Milan.

Master Plan – un mail paysager comme
épine dorsale du projet
Séquence 2 : ouverture sur l'agriculture
Séquence 3, pespective : habiter entre ville
et campagne

 

 

3. Comment cette problématique et les questions posées par la mutation du site se sont-elles croisées ?

Actuellement, le site est enclavé, difficile d’accès, occupé par des installations illégales et insalubres, et comporte une ancienne décharge à dépolluer. Néanmoins, il possède tous les atouts nécessaires à son développement.
Nous avons ainsi choisi de conserver un grand nombre d’équipements, comme par exemple les terrains de sports et les bâtiments présentant un intérêt architectural et d’intégrer au projet les zones agricoles existantes.
Il est primordial de valoriser la zone rapidement et de proposer une urbanisation souple en terme de phasage, de manière participative, tout en s’adaptant à l’existant.

Exemple de bâti existant conservé
Carrières à l’intérieur de la zone de projet
Paysage vert existant

 

 

4- Avez-vous déjà traité cette problématique précédemment et pourriez-vous présenter quelques projets références pour le vôtre ?

  • L’installation éphémère d’espaces verts sur les Champs Elysées en 2010 et la Rambla de Barcelone pour la création du mail, épine dorsale du projet ;
  • Les réalisations d’éco-quartiers en général comme celui de Viikki en Finlande, pour son traitement des limites avec la campagne, et celui de Fribourg-en-Brigsau en Allemagne, pour ses dessertes et son approche du développement durable ;
  • Les usages existants des habitants de la ville de Milan avec notamment les jardins partagés en bordure de ville, les déplacements doux utilisés mais peu favorisés à Milan, les coursives extérieures fréquentes dans l’accès au logement.

Installation temporaire aux Champs Elysées,
Paris (FR), 2010  © colleensparis.com
Ecoquartier Viikki, Helsinki (FI)
© Othman Mikou
Jardins partagés - Via Cesare Chiodi,
Milano (IT) © Google Maps

 

 

5- Aujourd'hui, à l'ère de la crise économique et du développement durable, le projet urbano-architectural doit repenser son mode de fabrication dans le temps ; de quelle manière avez-vous intégré la question du projet processus?

Le mail, épine dorsale du projet, est séquencé suivant les équipements existants et évolue en fonction des usages des habitants. De plus, basé sur le parcellaire existant, le projet est adaptable dans le temps en fonction des ressources financières et des disponibilités foncières. 
Nous avons ainsi cherché à développer un projet urbain le plus économique possible. Par exemple, le stationnement aérien, moins onéreux, est préconisé sur l’ensemble de la zone de projet. Celui-ci est également traité afin d’obtenir un aspect naturel, tout en permettant l’infiltration des eaux de pluie. Celles-ci sont récupérées dans un réseau de noues paysagères. 

 

6- Est-ce la première fois que vous êtes primé à Europan? De quelle manière cela peut-il vous aider dans votre parcours professionnel ?

C’est la première fois que chacun de nous participe et est primé au concours Europan et c’est une très belle surprise. Nous espérons qu’Europan puisse être un tremplin pour nos avenirs professionnels à la fois en France, mais aussi à l’étranger. 

Retour en haut